Projet "Connecting Water" : un pas de plus vers la salubrité !

Publié le par ethiopianadventures

Par Quentin Léal

Addis Abeba, Ethiopie, le 19 octobre 2011

Design/croquis : Dorothee Quentin

Photos : Quentin Léal/Dorothee Quentin

 

N. B : cet article a été repris (version anglaise) par l'Association Germano-éthiopienne (p.11)

English version below this article

 

Le projet " Connecting Water ", initié par Dorothee Quentin, a pour objectif principal la réutilisation, après traitement, des eaux sanitaires du quartier d'Augusta (Ouest d'Addis Abeba) pour l'irrigation de cultures peri-urbaines - agriculture en terrasses - ainsi que la récupération des eaux pluviales pour les cultures urbaines - potagers et jardins – et l´usage domestique. A cela s'ajoute une réorganisation de l'espace communautaire afin d'offrir à chaque famille la possibilité de subvenir à une partie de ses besoins par le travail de la terre donc de transférer une partie du budget alimentaire vers d'autres postes, et de permettre aux enfants d'évoluer dans un environnement plus sain.
 
 Après une étude d'observation de l'utilisation des eaux polluées de la rivière Akaki par les habitants du quartier d'Augusta (Ouest d'Addis Abeba) pour un usage domestique, hygiénique et agricole, des infrastructures sanitaires, de la topographie du terrain, elle a établi un plan d'urbanisation qui respecte l'ensemble des données. Si l'eau est au coeur du projet, la communauté du quartier n'en est pas moins oubliée. Ainsi, à travers la voix du responsable du quartier - élu par les habitants - les besoins et le ressenti de l'ensemble de la communauté concernant l'idée de base ont été entendu afin de répondre au mieux aux attentes. De plus, les habitants sont acteurs du projet puisqu'il leur incombe la responsabilité de certaines tâches tout au long du processus de réalisation. En effet, afin de réduire les coûts de réalisation et d'impliquer au maximum la communauté, les travaux ne nécessitant pas de savoir techniques particuliers - réalisation d'une aire de jeux, de terrains de sport, des jardins et potagers, creusage des fondations... - sont réalisés par les habitants.


Masterplan
La récupération des eaux pluviales
 
GridGardensA Addis Abeba, la saison des pluies s'étend de juin à septembre. Si une partie de la population profite des averses pour remplir bassines et autres récipients pour un usage domestique, aucun système commun n'est en place pour alimenter les foyers. Grâce à l'utilisation de rigoles déjà présentent autour des immeubles d'habitation, l'eau de pluie pourra être draînée vers une cuve enterrée, puis réutilisée durant la saison des pluies et après à l'aide d'un système de canalisation et d'irrigation fonctionnant par éolienne.
 
La création de jardins communautaires permettra à chaque famille, selon un cercle vertueux, de disposer de ressources alimentaires supplementaires “gratuites” pour leur consommation personnelle ou pour la vente. Ainsi, l´argent économisé pourra être transféré vers d´autres postes budgetaires – frais de scolarité, achat de livres... Cependant, tout developpement entrainant une hausse du prix des loyers, variable non prédictible, il est probable que l´usufruit monétaire des potagers et jardins  servent au paiement des différentes charges. ideaLa vertuosite du circuit est également remarquable par la réutilisation des déchets végétaux comme compost ou combustible, mettant ainsi en pratique le simple principe physique de Lavoisier concernant la matière : “ rien ne se perd, rien ne se cree, tout se transforme.”

Etant donne l´abondance des précipitations durant la saison des pluies, le projet inclut la construction d´un amphithéâtre circulaire au dessus de la cuve de récupération. Ainsi, le trop plein d´eau servira à inonder cette structure, offrant aux habitants un espace extérieur salubre pour se baigner, évitant l´utilisation des eaux polluées de la rivière. Durant la saison sèche, il pourra servir d´aire de jeux et/ou d´espace de rencontres pour la communauté – discussions, elections, evenements divers.

 

AmphietheatrePond

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le traitement des eaux usées

La réutilisation des eaux usées pour lírrigation des cultures peri-urbaine et la transformation des déchets en énergie demandent des connaissances techniques de construction et de traitement plus complexes que pour l´eau pluviale. Néanmoins, cet aspect du projet répond au même cercle vertueux que le traitement des eaux pluviales. Après purification par un système végétal donc écologique, les habitants pourront utiliser l'eau pour l'irrigation des cultures en terraces, minimisant ainsi l'impact de la pollution des sols et de la production par les produits chimiques industriels. A cela s'ajoute un terrain de football, plusieurs zones vertes, une aire de rencontre éclairée la nuit grâce à l'énergie du compost et une "jungle" de papyrus. Cet ensemble participe également au processus de purification, agissant comme un filtre naturel. Ce système, déjà utilisé en Europe, a fait ses preuves et peut aisément être décliné en Ethiopie avec des végétaux locaux.

 

AgrarTerraces

SportCircle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche de soutien

 

Langano Lake 077Ce projet est porteur d'importantes finalités en terme sanitaires, de santé, de développement. En effet, dans quatre ans, l'Ethiopie devra achever et remplir les buts fixés par les Nations Unies à travers les objectifs du millénaire pour le développement, mais elle est d'ores et déjà en retard en comparaison d'autres Etats d'Afrique de l'Est. Un récent article intitulé "Insanity over Unsanitary State" et paru dans le quotidien éthiopien Fortune explique que malgré les efforts entrepris par le gouvernement concernant la fourniture d'eau potable, la capitale fait face à de nombreux problèmes concernant les sanitaires et les fosses sceptiques. C'est une des raisons qui pousse la rédaction à affirmer que ce projet a toute sa place dans le développement durable de la capitale, sans compter qu'il n'est pas seulement réalisé pour mais avec et par la population locale. cela étant, une bonne idée est un début, et si les habitants y sont favorables, une aide extérieure, financière ou matérielle reste nécessaire pour la réalisation. Durant ce travail de recherche de fonds, les habitants d'Agausta ne restent pas inactifs puisqu'ils ont déjà divisé le périmètre accueillant les jardins et construit une aire de jeux avec deux balançoires et un "tesa".

 

Si ce projet vous intéresse, que vous souhaitez le soutenir ou avoir de plus amples informations, vous pouvez contacter Dorothee Quentin :
email : doroquentin@gmail.com
tel : + 251(0) 912210563

 

 


 

Project "Connecting Water": make water development real !

By Quentin Leal & Theresa Funke

October 19, Addis Ababa, Ethiopia


The project "Connecting Water" is a landscape architectural project designed to treat waste and rainwater to reuse it for sanitational and agricultural purposes. Its pilot project is located in the condominium of Agosta, in the West area of the Ethiopian capital Addis Ababa. The goal of the project is to build a self-sustainable water infrastructure system which functions in harmony with the environment, takes into account the Ethiopian living structures and offers spaces where children and families can live according to their needs and wishes, all at the same time. (see: Masterplan below)


Masterplan

 

Therefore, the inhabitants of Agosta participate actively in the building of outdoor spaces such as playgrounds and sport fields as part of the implementation of the water treatment system. The sport field, for example, covers the gravel filter and the goals are part of its ventilation system. “Because the Akaki River is polluted with industrial waste and chemical products it cannot be used for agriculture, but thanks to the innovative filter system for domestic waste water, we can treat the water in an ecological manner and put it to productive use again“explains Dorothee Quentin, the 27 years old German landscape designer who created and runs the project.
(see: Close contact to the river)


From beginning, she included the local population in the design of the project, therefore taking into account the inhabitants habits to use the Akaki River water for domestic and hygienic purposes. By starting off from the needs and wishes of the community, she avoids one classic error of many development projects, which are planed without taking into account the locals habitus and therefore often lay follow after theirs expensive implementation. 

The rainwater treatment

 

GridGardensDue to the failure of the current centralized water supply scheme in Addis Ababa, the houses in Agosta lack proper water supply. Therefore, the collection and storage of rainwater during the rainy season offers a simple and decentralized solution for complementary water supply. In the project, the already existing external water pipes are utilized to drain the rainwater to a basin. From there, a wind water pump is used to redistribute the water to the newly established gardens via underground pipelines. (see:GridGardens)
The new gardens can be utilized by the families for subsistence purposes or to grow food for sale. And, of cause, the garden waste is also reused as compost, emphasizing the simple physical principle that inspired theproject: "nothing is lost, nothing is created, everything is transformed“ (see: Idea)

idea

During the rainy season, the abundant rainwater is channeled to an amphitheater pond built above the underground rainwater tank. (see: AmphietheatrePond) If the tank is full, the water fills the amphitheater pond and by doing so gives the inhabitants a place with clean, unpolluted water to wash themselves, their cloth, or simply to play. “Even if the project is focused on the water use and treatment, one of the most important aspects is that the people play an active role in the design and implementation of the project. This way, ownership and a sense of responsibility can grow, which makes the project more sustainable and elevates the local population to actors and not just passive beneficiaries of this project“, said Dorothee Quentin. During the dry season, while the main water tank still holds a huge reservoir of water, the amphitheater, then not filled with water, can be used as a ground for community meetings, celebrations, or as playground“ explains Dorothee Quentin.

 

AmphietheatrePond

 

The waste water treatment


The waste water treatment to irrigate the peri-urban agrar terraces and the treatment of the waste and compost to create energy needs special knowledge and is more work intensive than the rainwater harvesting. "This part of the project has the same virtuous goal as the rainwater treatment. After the purification process, people can use the water to irrigate the fields (see: AgrarTerraces). In addition, we will create a football playground and different green areas such as meeting points, dancing circles and a papyrus jungle that will also function as natural filters to treat the waste from the septic tank,“ elaborates Dorothee (see: SportCircles). The system described here is well established in Europe and can easily be adapted to the Ethiopian environment, as the project shows.

 

AgrarTerraces

SportCircle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finding some support


This project carries important issues in terms of sanitation, health and development in the Ethopian context. Indeed, in  four years, Ethiopia has to reach the UN Millennium Development Goals but is delayed in their implementation compared to other East African Countries. A recent article edited in the local Addis Ababa newspaper Fortune and titled "Insanity over Unsanitary State" argues that despite a lot of things are done to supply Ethiopians with clean water, the capital city faces with manifold problems concerning septic tanks and sanitation. This is one of many reasons why we think that this project is of upmost importance for, and can add to the goals Ethiopia has to reach in order to assist its population to find its own path to sustainable development, with, and not only for its people. Anyhow, a good idea is a starting point, but making it real affords not only the participation of the local population, but also external support.

 

Langano Lake 077While the people of Agosta were so inspired by the project that they already stated building a playground, money for further materials is needed to fully implement the project. Therefore, Dorothee Quentin is looking for additional funding and support for the project. As far as we are concerned and from what we have seen, we can say: the project deserves it.

 

If you are interested in this project, if you want to support it or get more information,

you can contact Dorothee Quentin
email : doroquentin@gmail.com
phone: + 251(0) 912210563

Publié dans Initiatives

Commenter cet article