Awash National Park : une conference nationale pour sauver le plus ancien parc d'Ethiopie

Publié le par ethiopianadventures

Awash National Park : une conference nationale pour sauver le plus ancien parc d'Ethiopie

Par Quentin Léal
le 15 septembre 2011, Addis Abeba, Ethiopie

Une conference nationale pour régler les problèmes rencontrés par le Parc National d'Awash (PNA) s'est tenue les 24 et 25 août 2011 dans la ville d'Adama (Nazret), à 90 km de la capitale éthiopienne Addis Abeba. Organisée par un groupe de travail cherchant à sauver le parc, cette conférence a réuni pas moins de 87 personnes dont des diplomates, des dirigeants d'ONG, des chercheurs, des représentants du gouvernement fédéral des régions Oromo et Afar et des représentants de districts et de localités.


Un potentiel abandonné

 

carte de l'Ethiopie et localisation du parcEn 1969, sous l'impulsion de l'Empereur Hailé Sélassie 1er, le PNA, d'une superficie de 756 km², est devenu le premier parc naturel protégé d'Ethiopie. Mais depuis quarante ans, les ressources naturelles du parc, qui ont un impact local, régional et national non négligeable - faune et flore endémiques - ne cessent de décroitre, provoquant la disparition d'au moins quatre espèces dont l'éléphant, et une dégradation de l'habitat naturel de l'ensemble de la faune. Au jour d'aujourd'hui, plus des deux tiers du parc sont temporairement ou constamment utilisés pour des activités pastorales défiant toute possibilité de conservation. Les principales raisons de cette dégradation sont : une quasi abscence de relations et d'échanges entre la direction du parc et les communautés voisines qui y font paître leurs troupeaux, un manque de connaissance de la part de ces communautés concernant la valeur économique d'un tel endroit, une gestion du parc insuffisante, une législation inadéquate et  une implication insuffisante des différents actionnaires.

Park entrance

C'est pourquoi un groupe de travail composé de 11 institutions gouvernementales et non-gouvernementales a été créé en octobre 2010. Afin de trouver des solutions définitives à cette situation conflictuelle et problématique tant pour le parc que pour les alentours, ce groupe a initié une première rencontre, en décembre de la même année, au sein du PNA. Le but de ce débat était de trouver comment impliquer de façon collaborative  l'ensemble des acteurs identifiés ou potentiels comme les communautés locales, les gouvernements locaux et fédéraux, les ONG, les investisseurs ou les donateurs. C'est à ce moment qu'a germée l'idée d'organiser une conférence

nationale regroupant tous les acteurs concernés.

 

Une conférence capitale et dense demandant une implication générale

 

Ce qui fut dit fut fait puisque moins d'un an après, les 24 et 25 août 2011, la première conférence nationale pour la sauvegarde du parc a réuni pas moins de 87 participants dont : le gouvernement fédéral - les ministres de la Culture et du Tourisme, des Affaires Fédérales, le chef de la police fédérale, le Conservatoire éthiopien de la vie sauvage (EWCA), l'Institut pour la conservation de la biodiversité, la Haute Autorité pour la protection de l'environnement - des diplomates - le représentant de l'Union Européenne en Ethiopie, le responsable de la section environnement de l'ambassade américaine - la région Oromo - le responsable de l'administration et de la sécurité, l'Agence des forêts et de la vie sauvage, l'Office de la Culture et du Tourisme, l'administration de la zone d'East Shoa, le responsable de la police et six représentants de districts - la région Afar - les représentants administratifs de la Zone 3, de la sécurité, de la localité de Fentalé, de l'office de la Culture, du Tourisme et de la Vie Pastorale, et trois représentants de districts - la direction du Parc National d'Awash - le directeur et le représentant de l'unité touristique et des guides - et des ONG qui sont directement concernées par la protection de l'environnement ou la vie sauvage - les représentants de l'alliance pour un tourisme contrôlé, des associations de l'hôtellerie et des tour opérator, le Centre Régional de l'Environnement de la Corne de l'Afrique, La Société Ethiopienne d'Histoire Naturelle et de la Vie Sauvage, le Consortium Ethiopien pour la population, la santé et l'environnement et l'Association pour un développement soutenu de la vie sauvage (WSD).

Le ministre de la Culture et du Tourisme, M. Dawood MOHAMMEDLa conférence s'est ouverte par la présentation générale des deux journées et les allocutions du Dr. Yirmed DEMEKE, directeur exécutif de WSD et Secrétaire du groupe de travail, du Dr. Kifle ARGAW, Directeur général d'EWCA. Le ministre de la Culture et du Tourisme, M. Dawood MOHAMMED, et Xavier MARCHAL, Représentant de l'Union Européenne en Ethiopie se sont vus longuement applaudis après leurs discours sur l'importance d'un tel événement, la préservation du patrimoine naturel éthiopien et le soutien indefectible de l'UE pour atteindre ce but. Cela n'a pas pour autant fait oublier aux participants l'importante masse de travail et la dure tâche à accomplir en deux jour pour solutionner les problèmes. Ils se sont donc divisés en cinq groupes afin d'établir un panaroma général avant de présenter à l'assistance leurs conclusions sur les différentes thématiques étudiées, telles que : les questions de préservation et de gestion du parc ; l'importance de la végétation du parc et ses perspectives d'adaptation face aux changements climatiques ; le conflit entre la vision des communautés et les actionnaires concernant l'évolution du parc ; la gestion collaborative de l'environnement et de la vie sauvage : " Quelles leçons tirer de l'exemple du Parc National des Montagnes du Simien ?" et le paradigme du changement des interventions concernant la protection et la conservation du parc.

Après les différentes présentations et des débats animés, l'ensemble des participants a pu identifier et comprendre que sept principaux facteurs sont à l'origine de la détérioration de la réserve. Ainsi, les principaux acteurs ont reconnu de façon unanime la part plus ou moins importante de leurs responsabilités concernant le manque d'intégration réciproque et de coopération entre le parc et les administrations locales environnantes ; de capacité concernant la gestion institutionnelle du parc ; d'alternatives concernant le mode de vie des communautés voisines ; d'engagement des autorités locales pour inscrire le développement du parc sur la liste des priorités ; de procédures légales et de compréhension concernant les dangers de l'expansion de fermes de grande taille et la propagation rapide d'espèces "étrangères" sur l'équilibre du parc ; d'utilisation planifiée et intégrée des terres ; et le manque de programme d'aide visant à changer la vision des communautés locales sur l'importance du parc au delà des paturages. D'autre part, ils ont tous perçus l'importance de travailler de façon coordonée et en collaboration pour sauver le parc.

signataires locauxFinallement, l'assemblée a opté pour la création d'un comité par district et d'un autre national. Les comités de districts sont chargés de gérer l'exécution des actions au niveau local de façon la plus collaborative possible avec chaque niveau, communautés, quartiers, villes... et l'échelon national a pour tâche principal le conseil et le guidage concernant chaque acteur et les actions qui lui sont attitrées. L'ensemble des comités doivent être mis en place le plus tôt possible afin que l'aide gouvernementale puisse être débloquée et que la gestion collaborative du parc, principal remède, soit effective.

Pour cloturer cette conférence, après deux jours organisés de mains de maître, les participants ont décidé, en guise de remerciements, de reconduire le groupe de travail à l'origine de la conférence dans ses fonctions de médiation, de gestion de projet, de recherche de fonds, de plaidoyer et de coordination.

 

Cet article a egalement ete repris par Agoravox : http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/awash-national-park-une-conference-100787



 

English version

 

Awash National Park : a National Conference to save the first park of Ethiopia

By Quentin Leal

September 15, Addis Ababa, Ethiopia

In order to develop a lasting solution to the problems of Awash National Park, a National Conference was held in Adama/Nazreth from 24-25 August 2011. The conference, organized by a Working Group that was initiated as a forum to discuss and resolve the Awash situation, involved 87 stakeholders and distinguished guests including government officials from Federal and Oromia and Afar Regional States, Wereda and Kebele representatives, ambassadors, diplomats, heads of NGOs and related conservation groups, researchers and prominent individuals.


IMG 7187

 

How to lose potential

 

In 1969 Awash National Park (Awash NP), with an area of 756 km2, became the first protected area to be gazetted in Ethiopia. The natural resources of the Park, which have local, national and global values, have declined drastically over the last four decades to the point of species extinction – more than four large animals such as elephants - and habitat degradation. At present, more than two thirds of the Park is either permanently or temporarily used for non-conservation related activities ranging from permanent settlement to extensive grazing. The most important reasons of this degradation are : a poor relationship between park management and the neighboring communities who, at least, have a minimal understanding of the economic values of the wildlife resources ; poor management capacities of the park, inadequate enforcement of legislation, and minimal collaboration among stakeholders.

In response to the conflicting situation and problems of declining natural resources in Awash NP and adjacent areas, a Working Group composed of 11 institutions - government and non-government - was initiated as a forum in October 2010 to discuss and develop lasting solutions. It held a preliminary consultative meeting in Awash NP at Awash Falls Lodge in December 2010 to devise lasting and effective management strategies for the Park. The meeting was aimed at piloting collaborative approaches involving the local communities, federal and local governments, NGOs, investors and potential donors. During this conference, the working group voted to organize a National Conference to find global solutions and involved every level concerned by finding issues.

 

An important case needs a general involment

 

Less than one year after this decision, the National Conference took place in Adama/Nazreth between August 24 and 25 2011 with almost 87 participants derived from : the Federal Government Institutions - Heads of the Ministry of Culture and Tourism, Ministry of Federal Affairs, Federal Police, Ethiopian Wildlife Conservation Authority, Institute of Biodiversity Conservation, Environmental Protection Authority – Embassies - Heads of European Union delegation, and U.S.A. Embassy, Environment Unit – the Oromia Regional State - Heads of Administration and Security, Forestry and Wildlife Agency, Bureau    of Culture and Tourism, East Shoa Zone Administration, Departments of Culture and Tourism and Land Administration and Environmental Protection, Fentale Wereda Administration, Offices     of Culture and Tourism and Land Administration and Environmental Protection, Police and six Kebele chairpersons – the Afar Regional State - Heads of Zone 3 Administration, and Security, Fentale Wereda Administration, Offices of Culture and Tourism and Pastoralist and three kebele chairpersons – the Awash National Park management - Park Warden, heads of Tourism Unit and Wildlife Scouts – and NGOs  which have direct link with wildlife/environment issues - Heads of Ethiopian Sustainable Tourism Alliance, Ethiopian Tour Operators and Hotels Associations,     Horn of Africa Regional Environment Center, Sustainable Development of the Protected Areas     System of Ethiopia, Ethiopian Wildlife and Natural History Society, Population, Health and Environment-Ethiopia Consortium and the Wildlife for Sustainable Development and researchers.

 

The Conference started with program overview including some remarkable achievements by Dr. Yirmed Demeke, Executive Director of WSD and Secretary of the Working Group followed by a key note address by Dr. Kifle Argaw, Director General of EWCA. Then the Conference was officially opened by H.E. Ato Dawood Mohammed, State Minister, Ministry of Culture and Tourism. A remarkable key note speech was also delivered by the Ambassador Xavier Marchal, Delegate of the European Union to Ethiopia. The five major topics studied and discussed during these two days were : the conservation and management issues of Awash NP ;  the values of Awash NP from climate change, adaptation perspective and vegetation ; the conflicts between the community views and the perspectives around Awash NP ; the collaborative wildlife management: “Lessons learned from Simien Montains NP” and the paradigm shift interventions towards Awash NP conservation.
 

 

The discussions and presentations conducted all the participants to indentify seven factors responsible of the deterioration. Furthermore, everybody agreed that the lack of integration and development cooperation between the park and the surrounding local administration, of management and institutional capacity of the National Park, of alternative livelihoods of the surrounding communities, of commitment and awareness of the local officials in taking the park as an issue of development agenda, of legal procedures and understandings on expansion of large scale farms and rapid spread of alien species in the Park, of planned and integrated land use systems (holistic approaches during designing and development of projects), and the lack of outreach programs to change the attitudes of surrounding communities can be fixed thanks to a paticipative and coordinated work.

Consensus was reached with reflections of full acknowledgment that the suggested short-and long-term actions recommended as tasks and outputs to be accomplished by the Collaborative Park management, would be the principal remedy for rescuing the park. Of note, the task of developing alternative community livelihoods was given the highest priority. It was also seriously highlighted that the existing opportunities from the government towards improved conservation have to reach the next step.

Finally, it was agreed that a committee has to be established at two levels, namely at National and Wereda level. The National Level Committee, is in charge of guiding and advisory roles and consists of MoCT (chair of the committee), EWCA (secretary), and members from the Federal Police, the Ministry of Federal Affairs, the Oromia and Afar Regional States administrations and security, the heads of Bureaus of Culture and Tourism, the Land Use Administration and Environmental Protection, the Forestry and Wildlife Agency and the Livestock and Pastoralist. Committees at each Wereda Level, are in charge of actual implementations in a very collaborative way. The participants of these committees are :  the Awash NP (Secretary), the representatives from each wereda offices of Administration and Security, the Culture and Tourism agency, the Land Administration and Environmental Protection, the Police, Justice and Pasture. It was decided that all committees should be established and start functioning soon.

As a conclusion of the Conference participants extended their appreciation about the roles of the Working Group and the coordination it delivered. So far, in the verge of this initiative, it was agreed to mandate the Group for actions such as mediation, project development/fund raising, advocacy and coordination.

Publié dans Initiatives

Commenter cet article