14 ans de prison pour deux journalistes inculpés de "terrorisme"

Publié le par ethiopianadventures

Par Reporters Sans Frontières

Le 27 janvier 2012

Read this article in English

Une semaine après avoir été reconnus coupables de "participation à une organisation terroriste et préparation d’une attaque terroriste", les deux journalistes éthiopiens Reyot Alemu, éditorialiste pour l’hebdomadaire en amharique Fitih, et Woubeshet Taye, directeur adjoint de l’hebdomadaire en amharique Awramba Times – lequel a cessé de paraître – ont été condamnés, le 26 janvier 2012, à 14 ans de prison ferme.

"L’obstination de la justice éthiopienne à appliquer avec la plus grande fermeté la loi antiterroriste, alors même qu’elle est accusée d’empiéter sur les libertés garanties par la Constitution, est incompréhensible. De même que celle de reconnaître coupables des journalistes dont il n’a pas été prouvé qu’ils aient fait quoi que ce soit d’autre qu’être en contact avec des personnalités de l’opposition", a déclaré Reporters sans frontières.

L’organisation estime que des preuves irréfutables de leur culpabilité, nécessaires pour les reconnaître comme des criminels, n’ont pas été fournies par le procureur.

"Ces peines de prison sont navrantes et nuisent gravement à l’image de l’Ethiopie. Nous espérons vivement que cette affaire sera revue en appel. Reyot Alemu et Woubeshet Taye ne sont pas des criminels, ils doivent être libérés", a conclu Reporters sans frontières.

L’organisation vient d’effectuer une mission d’enquête en Ethiopie, du 9 au 12 janvier 2012.

Publié dans Revue de Presse

Commenter cet article